Creator Economy : une nouvelle ère à deux vitesses_background

Créer du contenu sur Internet n’est plus seulement une passion. Pour de nombreux indépendants, Youtubeurs ou plus largement Influenceurs, la création de contenus devient une nouvelle économie. On parle de la Creator Economy.

Mais où s’arrêtera cette révolution naissante ? Est-ce déjà trop tard pour se lancer dans la Creator Economy ? Quel avenir prédire pour l’économie de la création ? Dans ce nouvel article, MeltingSpot décrypte les rouages de la Creator Economy 👇

La Creator Economy : un business à deux vitesses

Qu’est-ce que la Creator Economy ?

La Creator Economy désigne l’ensemble des créateurs de contenus indépendants qui réussissent à monétiser leurs créations. Depuis une dizaine d’années seulement, ce nouveau modèle souligne l’émergence de “métiers-passions”. Ces créateurs s’appuient sur :

  • ✅  Des plateformes : TikTok, Instagram, Youtube, Twitch, Spotify, Facebook…
  • ✅  Pour produire différents contenus : vidéos, textuels, visuels, des webinars ou encore des podcasts
  • ✅  Et bénéficier de multiples revenus : revenus publicitaires, contenus sponsorisés par les marques, placements de produits, dons de l’audience ou de la communauté, abonnements payants à leurs plateformes, organisation d’événements (physiques ou virtuels) payants…
Players in the creator economy
Source : Pex, 2021

Pourtant, si ce modèle paraît simple et attractif, la réalité est toute autre. La Creator Economy est en vérité un marché à deux vitesses.

Un seul modèle économique, deux réalités différentes

D’un côté, une infime partie des créateurs réussissent à vivre de leurs créations. D’après SignalFire, l’économie des créateurs représente plus de 50 millions de créateurs indépendants… Et seulement 3 millions d’entre eux seraient professionnels, vivant de leur activité à plein temps. Ce marché pèse au total plus de 104,2 milliards de dollars aux Etats-Unis. Pourtant, sur Youtube, seulement 3 % des tops créateurs réussissent à gagner plus de 17 000$ par an en revenus publicitaires. Et pour y parvenir, ces créateurs doivent cumuler environ 1,4 million de vues par mois, sur leurs vidéos.

De l’autre côté, près de 47 millions de créateurs restent amateurs. Les plateformes autorisent à cette catégorie de créateurs la monétisation de leurs contenus, mais les revenus restent anecdotiques. Instagram permet à plus de 30 millions de personnes non professionnelles de créer du contenu monétisable, contre 12 millions d’amateurs pour YouTube (Stratégies, 2021).

Source : SignalFire, 2021

Les visages de la Creator Economy

Face à cette économie à double vitesse, les Américains considèrent la Creator Economy comme un “dog eat dog marketplace”. Seulement quelques créateurs (majoritairement influenceurs) performent et gagnent leur vie décemment.

Aux Etats-Unis, l’exemple phare est Emma Chamberlain, une influenceuse et créatrice de contenus sur le web. Selon les médias américains, son revenu serait estimé à 2 000$ par jour grâce aux publicités sur ses vidéos Youtube. Sa chaîne comptabilise plus de 11 millions d’abonnés, et elle réunit une communauté de 15 millions de fans sur Instagram.

En France, de nombreux créateurs excellent également, dans différents domaines. Le créateur de vidéos Youtube le plus suivi est Squeezie (16 millions d’abonnés). Sur Twitch, le créateur Gotaga (spécialisé dans les jeux vidéo) cumule plus de 3,6 millions d’abonnés.

Mais la Creator Economy englobe aussi des créateurs autour de thématiques plus nichées. Par exemple, sur LinkedIn, l’agence B2B les Années Folles encadre les créateurs de contenus qui se transforment en leaders d’opinion sur ce réseau, grâce à leurs publications.

L’essor du freelancing contribue également à la monétisation des créations. Les travailleurs indépendants vendent majoritairement leur temps… Mais aussi leurs créations, dans les métiers créatifs (graphisme, rédaction web, copywriting, vidéastes, etc.). Killian Talin, créateur de communautés et de contenus, rassemble justement ces créateurs indépendants, avec sa communauté privée “Le Cercle des Créateurs”. Son objectif est de taille : aider les créateurs à s’entourer et à vivre de leurs projets.

Le Cercle des Créateurs | Communauté d'Entraide|

Source : Le Cercle des Créateurs via Amylee, 2021

Cette nouvelle économie présente donc de nombreux avantages, et ne semble pas avoir de limites. Mais qu’en est-il réellement ? Que peut-on prédire, pour l’avenir de la Creator Economy ?

Est-ce la fin ou le début de l’économie de la création ?

La Creator Economy et le cycle de la Hype

La Creator Economy est un concept récent, mais qui a connu une ascension fulgurante. Son développement s’étudie grâce au Cycle de la Hype de Gartner. Cette courbe décrit l’intérêt pour les nouvelles tendances (majoritairement technologiques). Face à une tendance, l’intérêt du public passerait par 5 phases :

Source : Cycle de la Hype, Gartner

Soutenue par l’essor du web 3.0, la Creator Economy semble être aujourd’hui en haut du pic des attentes, et donc du phénomène de hype. Mais attention au creux des désillusions : ce modèle économique présente quelques limites, qu’il faudra savoir anticiper.

Certes, la Creator Economy est un symbole d’Ownership Economy, de Passion Economy, de Sharing Economy… Mais tout cela doit cohabiter avec un autre modèle menaçant : l’Attention Economy. Aujourd’hui, une véritable guerre de l’attention s’ancre sur le digital, via les réseaux sociaux.

Économie de l'attention, avons-nous perdu la liberté de nous concentrer ? -  MBA MCI

Source : MBA MCI, évolution de l’économie de l’attention, 2019

Les réseaux sociaux sont saturés et l'infobésité règne. Même si créer son propre média n’a jamais été aussi accessible, le transformer en business modèle rentable demande des efforts démesurés. Le talent ne suffit pas toujours : c’est aussi la capacité à créer, rassembler, fédérer une communauté soudée dans la durée, qui fait la différence.

Tirer profit de la Creator Economy, grâce au Community Building

Le rôle de créateur se professionnalise. Tout comme une marque doit rassembler des clients pour survivre, le créateur doit suivre le même challenge. Chaque Creator doit apprendre à maîtriser les codes du Community Building, pour animer et engager une communauté.

Les créateurs de contenus les plus rentables, suivis et appréciés ont d’ailleurs tous ce point commun : une communauté engagée à leurs côtés. C’est la clé de succès, pour consolider ce nouveau business model.

En France comme à l’Étranger, l’avenir de la Creator Economy dépendra donc essentiellement de cette problématique : comment faire rimer Creator Economy et Community Building, pour performer dans la durée ?

Chez MeltingSpot, nous sommes convaincus que la Creator Economy marque le début d’une nouvelle ère. Mais pour transformer cette ère en succès, encore faut-il définir en parallèle la bonne stratégie communautaire… Et utiliser la bonne Community-Platform pour déployer cette stratégie !


Devenez un gourou du community building !

Si construire et animer une communauté est un véritable sujet pour vous et que vous souhaitez en apprendre plus, rejoignez notre communauté.

Rejoindre la communauté
You've successfully subscribed to MeltingSpot | Master the art of Community-Led Growth
Great! Next, complete checkout for full access to MeltingSpot | Master the art of Community-Led Growth
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.
Success! Your biliing information has been updated.
You've canceled to update your billing information.